Hôtel

Rappels historiques

Bâtiment datant des débuts du XXème siècle (1900). Le premier propriétaire M Tapia, fût un homme fortuné de la région, fondateur de la célèbre marque de savon « Chimbo ».

La savonnière Tapia et neveu (1863) fût l’une des plus anciennes entreprises du Pays Basque. Victor Tapia fonda la fabrique de savons « Chimbo » à Bilbao qui sera gérée par la suite par son neveu Mamerto Lépez-Tapia, un des découvreurs de Torremolinos.

N’ayant pas de descendance directe, son héritage passa aux mains d’une fondation, Victor Tapia-Dolores Sáinz, qui est encore en activité de nos jours et qui est un actionnaire important de plusieurs entreprises basques. L’ancienne fabrique de savons fût détruite en 1996, mais il existe encore une entreprise appelée « Produits Chimbo ».

Victor Tapia la construisit avec les pierres d’origine d’une ancienne caserne du XIIème siècle appelée « Caserne du Roi », en incorporant dans les pièces les plus nobles du Château un blason singulier  avec six oiseaux qui portent dans leur bec une chose ronde et ample.

Après avoir effectuer des recherches à propos de ce blason, nous avons pu savoir que :

Selon le chroniqueur de Trujillo du XVIème siècle Esteban de Tapia, ce fût un chevalier de la Maison de Pancorbo qui apposa sur le blason des Tapia, six corbeaux avec une couronne de pain dans leur bec, ce qui nous remémore l’histoire du château de Pancorbo, où assiégé par les maures et sans vivres pour faire face au siège, des bandes de corbeaux survolèrent la forteresse et lâchèrent les miches de pain qu’ils tenaient dans leur bec, permettant ainsi à ses occupants de gagner la bataille contre les maures. Voici la raison pour laquelle on a surnommé ce lieu Pancorbo « pain du corbeau ».

Ce blason est présent dans différents lieux du Château el Collado, sur la porte principale, sur les jardinières de l’entrée, sur le blason de la cheminée du salon. Avec la mort des fils Tapia, l’héritage revint à l’Evêché d’Alava, et après d’âpres négociations, il passa aux mains de ce modeste hôtelier de Laguardia, qui prétend vous combler d’attention, afin que votre séjour soit le plus agréable et plaisant possible.

M Esteban de Tapia, chroniqueur de Trujillo du XVIème siècle fût un chevalier de la Maison de Pancorbo et de la lignée de Tapia qui fît construire l’Eglise de Saint-Jacques de Trujillo, pour y être enterré et donner sépulture à tous les nobles de son lignage. Ce fût pendant longtemps le lieu de réunion du Conseil. La Reine Isabelle la Catholique visitait l’église lors de ses fréquents séjours à Trujillo.

A l’intérieur du Temple à triple nef divisée en trois sections, par des pilastres et des arcs, on peut voir des voûtes d’arête, sur les clefs desquelles sont représentées les coquilles Saint-Jacques. Les chapelles funéraires qui portent les blasons des Tapia et des Loaysas, sont de style gothique.

Dans le maître-autel il y a deux tombeaux sculptés dans le granite par le tailleur de pierres García Carrasco, l’un de la famille Diego García de Paredes, avec un aigle à deux têtes couronnées, cédé par l’Empereur Charles V, et l’autre, des Tapias, avec les têtes de corbeaux tenant du pain dans leur becs.

Soyez les bienvenus, dans votre seconde demeure.

Javier Acillona.

historia

Comments are closed.